Guadeloupe, Le FilmBonjour Foulard, Bonjour Madras

Guadeloupe Le film, sorti le 1er Avril 2015, est le premier sur les îles de caraïbes, un voyage fabuleux sur une île qui transporte.

 

Un poète qui met en valeur les images réalisées sur place en quelques jours, et surtout un accueil fabuleux sur le net avec plus de 100000 vues en quelques mois. C’est aussi le début de l’aventure Alizé Studio, et des reportages réalisés ensuite en Martinique, République Dominicaine et Saint Martin.

Bon Film !

Guadeloupe Le film

Here is a short film on Guadeloupe told from two perspectives: the point of view of a tourist who discovers « Gwada » and the one of a local poet, Natichris. From the longing for a time that has gone to the search for the island’s true identity, this film is a travel postcard that immerses you in the creole culture whilst taking you along on an incredible and picturesque journey.

Guadeloupe Le film

_________________

« Bonjour Foulard, bonjour Madras… » est un contre-pied à une ancienne chanson traditionnelle créole : « Adieu foulard, adieu Madras », signe que les Guadeloupéens fiers de leur héritage réalisent combien l’île fait partie de leur identité. Même loin d’elle, « l’île Papillon » reste en eux.
Un court métrage sur la Guadeloupe, la croisée de deux regards, celui d’un touriste venu découvrir la « Gwada » et d’un poète Guadeloupéen, NATICHRIS. Entre nostalgie, revendication identitaire, c’est une carte postale touristique, une immersion dans la culture créole, un carnet de voyage.
De tous ces métissages est né ce film».

Guadeloupe Le film

Filmmaker : Alize Studio
Poet : NATICHRIS
Music : Final Frontier // Thomas Bergensen (License : Extreme Music)

Guadeloupe Le Film by Alize Studio

Guadeloupe Le film

#Guadeloupelefilm

Merci aux Iles de la Guadeloupe pour leur publications nombreuses, ainsi qu’à Alize TV qui diffuse le clip sur leurs ondes, Guadeloupe première pour la publication sur leur site mobile, et tous les autres nombreux sites qui ont participé aux succès de Guadeloupe Le film, « Bonjour Foulard, Bonjour Madras »